Première ouverture aux échecs : Exemples et Définitions !

Début ouvert aux échecs : exemples et définition

Le début ouvert est l’une des trois grandes catégories de débuts aux échecs, les deux autres étant le début semi-ouvert et le début fermé. Le terme « ouvert » fait référence à la disposition initiale des pions sur l’échiquier, qui permettent une grande liberté de mouvement pour les pièces mineures (cavaliers et fous). Dans cet article, nous allons explorer en profondeur ce type de début en examinant ses caractéristiques principales ainsi que quelques exemples populaires.

Définition du début ouvert

Comme mentionné précédemment, le début ouvert se caractérise par la présence d’un grand nombre de cases libres pour les cavaliers et les fous. Cela signifie que ces pièces peuvent être développées rapidement vers des positions actives sans entraver leur propre mobilité ni celle des autres pièces. Les pions centraux sont souvent contestés dès le premier coup afin d’obtenir un contrôle maximal sur l’échiquier.

Les principaux objectifs du joueur dans un tel système sont :

– Contrôler le centre
– Développer rapidement ses pièces
– Créer des menaces directes contre son adversaire
– Préparer une attaque coordonnée

Exemples de débuts ouverts

Il existe plusieurs systèmes différents qui peuvent être considérés comme faisant partie du groupe « début ouvert ». Nous allons maintenant examiner certains d’entre eux plus en détail.

La partie espagnole (Ruy Lopez)

La partie espagnole est probablement l’un des systèmes les plus connus dans cette catégorie. Elle commence avec les coups 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5. Le fou blanc attaque le cavalier noir, forçant ainsi son déplacement ou son échange. Ce coup est connu sous le nom de Ruy Lopez, du nom d’un évêque espagnol qui a écrit un livre sur les échecs au XVIe siècle.

La partie italienne

La partie italienne commence par les coups 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fc4. Ici, le fou blanc se développe vers la case c4 plutôt que b5 comme dans la partie espagnole. L’idée principale est de contrôler la diagonale blanche et de préparer une attaque contre f7 avec l’aide du cavalier en c3.

Le gambit écossais

Le gambit écossais commence par les coups 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.d4 exd4 (voir diagramme). Les Blancs sacrifient un pion pour obtenir un développement rapide et des pièces actives. Si les Noirs acceptent le gambit, ils peuvent être confrontés à une pression constante sur leur position.

Diagramme : Gambit écossais

Le gambit Evans

Le gambit Evans est similaire au précédent mais il commence avec les coups suivants : 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6
3.Bc4 Bc5 (voir diagramme). Les Blancs offrent encore une fois un pion pour accélérer leur développement et créer des menaces directes contre le roi noir.

Diagramme : Gambit Evans

Conclusion

Dans cet article, nous avons examiné ce qu’est le début ouvert aux échecs et avons présenté quelques exemples populaires. Les débuts ouverts sont caractérisés par une grande liberté de mouvement pour les pièces mineures, ce qui permet un développement rapide et actif. Les joueurs cherchent à contrôler le centre, créer des menaces directes contre leur adversaire et préparer une attaque coordonnée. Si vous êtes intéressé par les échecs, nous vous recommandons d’explorer davantage cette catégorie de débuts pour améliorer votre jeu !

Henri

Henri de hsmaicuracao.org

Henri est le responsable editorial et technique de hsmaicuracao.org. Fort d'un background technique et journalistique, Henri vous propose des nouvelles fraîches et généralistes sur les sujets du quotidien.