Qu’est-ce que les biais cognitifs ? Explications

Que sont les biais cognitifs ? Explications

Les biais cognitifs sont des erreurs de raisonnement qui affectent notre capacité à prendre des décisions rationnelles. Ils peuvent être causés par une variété de facteurs, tels que nos expériences passées, nos émotions et notre environnement social. Dans cet article, nous allons explorer les différents types de biais cognitifs et comment ils peuvent influencer notre pensée.

1. Biais de confirmation

Le biais de confirmation est la tendance à rechercher ou interpréter des informations d’une manière qui confirme nos croyances existantes. Par exemple, si vous êtes convaincu que le changement climatique n’est pas réel, vous pourriez chercher activement des preuves pour soutenir cette idée plutôt que d’examiner objectivement toutes les preuves disponibles.

Ce type de biais peut également se manifester sous forme d’effet backfire – lorsque l’on présente une personne avec des faits contradictoires à ses croyances existantes, elle peut en fait renforcer sa position initiale plutôt que de changer d’avis.

2. Biais d’ancrage

Le biais d’ancrage est la tendance à s’appuyer sur la première information disponible lorsqu’on prend une décision ou qu’on évalue quelque chose. Par exemple, si on vous demande combien coûte un ordinateur portable haut-de-gamme et qu’on vous donne un chiffre très élevé comme point de départ (par exemple 5000€), cela pourrait influencer votre estimation finale même si elle est beaucoup plus basse dans la réalité.

3. Effet Dunning-Kruger

L’effet Dunning-Kruger est la tendance à surestimer ses propres compétences ou connaissances dans un domaine donné. Les personnes qui souffrent de cet effet peuvent être incapables de reconnaître leurs lacunes et peuvent donc prendre des décisions inappropriées en conséquence.

4. Biais d’attribution

Le biais d’attribution est la tendance à attribuer les succès aux facteurs internes (comme le talent ou l’intelligence) et les échecs aux facteurs externes (comme la chance ou les circonstances). Par exemple, si vous réussissez un examen difficile, vous pourriez penser que c’est parce que vous êtes intelligent plutôt que parce que vous avez travaillé dur.

5. Effet de halo

L’effet de halo est la tendance à juger une personne sur la base d’une seule caractéristique positive plutôt qu’en prenant en compte tous les aspects pertinents. Par exemple, si quelqu’un a une apparence physique attrayante, on peut supposer qu’il/elle est également intelligent(e), sympathique et compétent(e).

6. Biais du survivant

Le biais du survivant se produit lorsque l’on ne prend pas en compte toutes les données disponibles lorsqu’on tire des conclusions basées sur un sous-ensemble spécifique de ces données – souvent ceux qui ont « survécu » quelque chose comme une guerre ou une maladie grave. Par exemple, si on étudie seulement les entreprises qui ont survécu pendant plusieurs années sans tenir compte des nombreuses autres entreprises qui ont échoué au cours de cette période, on pourrait tirer des conclusions erronées sur ce qui rend une entreprise prospère.

7. Effet Barnum

L’effet Barnum est la tendance à accepter des descriptions vagues et générales de notre personnalité ou de nos traits comme étant précises. Par exemple, si vous lisez une horoscope qui dit que vous êtes « sensible » et « intuitif », cela pourrait sembler exact même si ces caractéristiques s’appliquent à presque tout le monde.

8. Biais d’attribution hostile

Le biais d’attribution hostile est la tendance à attribuer les comportements négatifs des autres à leur personnalité plutôt qu’à leurs circonstances externes. Par exemple, si quelqu’un conduit mal sur la route, on peut supposer qu’il/elle est un mauvais conducteur plutôt que de considérer que cette personne a peut-être eu une journée difficile ou qu’elle ne connaît pas bien la région.

9. Effet Pygmalion

L’effet Pygmalion se produit lorsque les attentes positives ou négatives d’une personne envers une autre influencent réellement le comportement de cette dernière – souvent sans même que l’on s’en rende compte consciemment. Par exemple, si un professeur croit qu’un élève est intelligent et talentueux, il/elle peut inconsciemment donner plus d’attention et de soutien à cet élève ce qui renforce sa confiance en lui-même et ses performances scolaires.

10. Biais du faux consensus

Le biais du faux consensus est la tendance à surestimer le nombre de personnes qui partagent nos opinions ou croyances personnelles – souvent parce que nous sommes entourés par des gens similaires dans notre vie quotidienne (comme nos amis proches). Cela peut conduire à sous-estimer les points de vue différents ou à ne pas les prendre en compte du tout.

Conclusion

Les biais cognitifs sont des erreurs de raisonnement qui peuvent affecter notre capacité à prendre des décisions rationnelles. Ils peuvent être causés par une variété de facteurs, tels que nos expériences passées, nos émotions et notre environnement social. En comprenant ces différents types de biais, nous pouvons apprendre à reconnaître quand ils se produisent dans notre propre pensée et ainsi éviter les erreurs potentielles qu’ils pourraient causer.

Henri

Henri de hsmaicuracao.org

Henri est le responsable editorial et technique de hsmaicuracao.org. Fort d'un background technique et journalistique, Henri vous propose des nouvelles fraîches et généralistes sur les sujets du quotidien.